Candide au théâtre

Imprimer cet article partager cet article par mail

Diversement appréciée, cette proposition de la Compagnie Acte 2 a permis aux élèves de s’interroger sur une œuvre du XVIIIème siècle au programme de la classe de 2nde, aux thématiques actuelles : la guerre, le fanatisme, les injustices et préjugés…et sur les enjeux d’une mise en scène. Ci-dessous quelques photographies ainsi qu'une chronique des élèves de 2nde4

candide1.jpeg

candide2.jpeg

 

candide3.jpeg

 

 

La chronique spectacle de la seconde 4

Candide, par la troupe Acte 2

 

Voltaire a encore beaucoup de choses à nous apprendre et c 'est ce qu'illustre la transposition pour le théâtre du conte philosophique Candide. La troupe rémoise Acte 2 a plutôt bien relevé ce défi à quelques réserves près.

Les élèves de seconde du lycée Jean Jaurès ont globalement apprécié l’éclectisme du spectacle. En effet, celui-ci est à la croisée de plusieurs univers : le théâtre classique, y côtoie le théâtre d'ombres et le théâtre d'objets. C'est ainsi que Candide est interprété par un comédien ou plutôt une comédienne en chair et en os, tandis que Cunégonde n'est qu'une illusion, représentée de façon abstraite par le biais d'ombres parfois colorées soulignant sa dimension fantasmatique. Pangloss, quant à lui, est grotesque à souhait : son élocution, son accent, sa gestuelle, son costume permettent de renforcer le ridicule de son discours. Le metteur en scène, contraint à des choix, réussit à synthétiser le conte tout en conservant les éléments les plus cruciaux. Par ailleurs, des choix de mise en scène originaux apportent un éclairage personnel à ce texte classique, en le modernisant parfois. Par exemple, les moutons de l'Eldorado deviennent des ballons rouges attirés vers le ciel symbolisant leur caractère éphémère. On voit ici que le manque de moyens stimule la créativité !

Malgré toutes ces qualités, ce même manque de moyens est à l'origine de certaines insuffisances. De l’aveu même du metteur en scène, les comédiens sont trop peu nombreux, ce qui peut occasionner une confusion, par exemple au moment de l'apparition de Cacambo. De plus, une lecture préalable du conte paraît nécessaire pour suivre le bon déroulement de la pièce, dont certains passages ont été supprimés. Des choix trop personnels ont parfois pu déstabiliser le spectateur en lui imposant une interprétation toute subjective : ainsi Candide est représenté comme un chien en laisse dans le but de souligner sa naïveté et sa docilité. Cette métaphore n'a pas été comprise de tous, pouvant même gêner le public en cherchant à forcer son rire.

En définitive, le spectacle a su plaire par son humour et son inventivité autant que par le respect de la dimension philosophique du conte. Candide est un classique qui a séduit, séduit, et séduira encore.

affiche_candide_A2.jpeg

 

 

 

Page publiée le 02/02/2017 | Mise à jour le 26/03/2019 | Vue 1830 fois