Sortie des TMD à Paris le 11/01/18

Imprimer cet article partager cet article par mail

Le jeudi 11 janvier dernier, à 7h30 place Brouette, juste derrière le lycée – point de départ de l'autocar - aucun élève de TMD ne manquait à l'appel. Chacun avait hâte d'aller à Paris, pour découvrir les secrets de l'Opéra.

 

A 10h30, la petite troupe débarquait à l'Opéra Garnier, pour une visite des lieux. A midi, les élèves ont apprécié de déjeuner sur la belle place des Vosges, la pluie n'étant fort heureusement pas de la partie.

 

Ensuite, ils assistaient à une répétition du Bal masqué de Verdi à l'Opéra Bastille. Une salle aux allures bien différentes, grande, moderne, où toutes les places font face à la scène. L'Opéra Garnier quant à lui, bon exemple de théâtre à l'italienne, respecte la forme en fer à cheval, ce qui n'est pas toujours optimal pour la visibilité.

Ce jour-là on donnait une « scène orchestre », ce qui correspond au moment où l'orchestre commence à répéter avec les chanteurs. Si ces derniers n'étaient pas tous costumés, les décors épurés et monumentaux étaient eux, bien en place. Peu de reprises pour cette répétition qui était pourtant une des premières, et avait déjà l'allure d'un filage. « Même en répétition générale, nous faisons beaucoup plus d'arrêts » a remarqué Constance, une élève de première. C'est sûr qu'à l'opéra de Paris, il n'y a que des chanteurs et des musiciens de haut vol ! Comme cet ancien élève de TMD du lycée Jean Jaurès, Nicolas Josa, qui est devenu corniste au sein de la prestigieuse institution. Il n'était pourtant pas dans la fosse avec les musiciens ce jeudi : à l'opéra, on ne se contente pas d'un orchestre, il y en a deux. « Les bleus et les verts », explique Nicolas, qui a très gentiment accepté de devenir cette année, notre parrain de promotion. Il nous fait rencontrer Vladimir, son collègue premier cor solo, un ancien prodige rentré à l'orchestre de l'opéra à tout juste vingt-et-un ans. « Il était très polyvalent nous précise Nicolas, il jouait du cor mais aussi du piano, et était capable d'accompagner ses élèves cornistes au piano à chaque leçon ».

 

Après une pause goûter, nous partons en direction du musée d'Orsay, où nous avons prévu de terminer la journée, avec l'exposition « Degas-Danse-Dessin ». Et là surprise, installés en contrebas du musée, trois musiciens de jazz – saxophone, banjo et contrebasse - improvisent un concert. Des professionnels, tout ce qu'il y a de plus sérieux. Pour le plus grand plaisir des élèves, ils interprètent quelques airs au charme désuet, dans le plus pur style New-Orleans. Certains se sont même hasardés à des pas de danse, sous le regard complice d'une octogénaire qui était là, et donnait la mesure !

 

« La conférencière était vraiment intéressante, nous avons beaucoup appris » conclut Malou, une élève de terminale, à la fin de la visite. La plupart des élèves ont été étonnés, voire même choqués, de découvrir qu'au XIXe siècle, la condition des danseuses de l'Opéra n'était guère enviable... Heureusement, entre-temps, beaucoup de chemin a été parcouru : il fait meilleur danser au XXIe siècle ! Sur le trajet du retour, malgré l'heure tardive, l'ambiance était encore joviale.

Pièces jointes :

Page publiée le 01/02/2018 | Mise à jour le 25/05/2018 | Vue 956 fois